Place financière de Genève : résultats de l’enquête conjoncturelle 2015

free-vector-geneve-place-financiere_057546_geneve-place-financiere

Chaque année en juin, une enquête conjoncturelle est envoyée aux directeurs de banques et aux gérants indépendants de la place financière genevoise.

Le résultat présenté à la suite de ces enquêtes reflète leur analyse ainsi que leur perception.

En 2015, un grand nombre de réponses ont été recueillies, ce qui a la vertu d’offrir une enquête représentative de l’ensemble des acteurs concernés.

 

UNE CONJONCTURE PERTURBEE

L’enquête révèle clairement que les intermédiaires financiers font face à des pressions accrues et que le nombre d’emplois bancaires est en nette dégression. L’abandon du taux plancher de l’euro par la Banque nationale Suisse (BNS) le 15 janvier 2015 et de la vague réglementaire sont les principales causes de ces pressions supportées par les intermédiaires.

D’après Nicolas PICTET, président de la Fondation, la réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) serait « vitale » pour la place financière et ses activités de négoce. Le besoin de main-d’œuvre en provenance de l’Union Européenne reste important, principalement pour obtenir du personnel qualifié.

Parmi les préoccupations les plus importantes, on retrouve le besoin à l’accès au marché Européen. En effet, le risque de délocalisation est grandissant et l’enquête conjoncturelle démontre bien une perte d’attractivité des banques sur la place financière de Genève.

 

LES POINTS POSITIFS A RETENIR

Ainsi, les bénéfices restent stables grâce à une excellente maîtrise des coûts de la part des professionnels. La masse salariale reste stable mais avec quelques changements au niveau des profils des employés. En effet, on assiste à un renforcement dans les domaines de la compliance et de la fiscalité ainsi que de nouvelles exigences concernant les formations et une adaptation des processus en interne.
Malgré une conjoncture perturbée, la place financière genevoise résiste, montrant sa solidité et sa capacité à s’adapter. Le savoir-faire des gérants genevois reste un avantage compétitif important que les professionnels vont continuer de défendre en adaptant leur offre, leur organisation et leur méthode de travail. Cela passe bien entendu pour des formations mais aussi par une vague d’équipements en logiciels permettant d’améliorer la productivité, notamment des solutions de gestion de portefeuilles, de la consolidation et de gestion de la compliance.

Recent Posts