Smart beta, factor investing et risk premia: nouvelles tendances de la gestion de portefeuilles ?

smart beta

 

Quelle est la différence entre la gestion de portefeuille passive et active?

L’objectif de la gestion passive est de répliquer la performance d’un indice. La pondération de chaque sous-jacent au sein des indices traditionnels est déterminée par leur capitalisation boursière. Inversement, les investisseurs qui mettent en œuvre une gestion active ont pour objectif de surperformer un indice spécifique, comme le S&P 500 ou le Stoxx 600, par la sélection de titres.

Historiquement, la performance de la gestion active pouvait se décomposer entre le  Beta (risque de marché) et l’Alpha (compétence du gérant). Aujourd’hui, la recherche universitaire a identifié des facteurs expliquant les performances : le beta peut être séparé entre le Beta traditionnel et le Smart Beta (Long only Risk Premia).

  • Le « Factor investing » n’est pas quelque chose de très récent; les facteurs ont fait l’objet de nombreuses recherches académiques au cours des dernières décennies. Les principaux facteurs sont les suivants:
  • Low Beta (1972) ⇒ Achat de titres à faible beta ou à faible volatilité
  • Taille / Liquidité (1993) ⇒ Achat d’actions de petites capitalisations
  • Value (1993) ⇒ Achat d’actions bon marché (Prix / valeur comptable…)
  • Momentum (1993) ⇒ Acheter les titres ayant le mieux performé dans le passé
  • Qualité (2000) ⇒ Achat des actions de bonne qualité.

 

Quelles sont les nouvelles tendances?

Il existe un mouvement allant de la gestion active vers la gestion passive, et des indices traditionnels vers les indices « Smart Beta ». Les investisseurs cherchent à améliorer leurs rendements, sans coût excessif (frais de gestion des fonds de gestion active) ou et sans augmenter les risques.

Chaque facteur a généré une surperformance sur le long terme, mais ils ont des comportements et des caractéristiques différents. La corrélation entre les facteurs est assez faible. Nous pouvons construire de nouveaux indices optimisés en fonction de ces facteurs. Nous les appelons indices de Smart Beta, ou Scientific Beta ou encore Beta Alternatifs. Plus généralement, le Smart Beta peut être défini comme une stratégie d’investissement répliquant un indice qui n’est pas traditionnellement pondérée par le marché (c.-à-d. Pondérée fondamentalement, équipondérée, pondéré par rapport à des facteurs, optimisés, etc.). Cette nouvelle génération de stratégie ne se limite pas aux  facteurs académiques.

Les encours sous gestion des ETF Smart-beta augmentent plus rapidement que les ETF dans leur ensemble, leurs actifs ayant franchis les 500 milliards de dollars – soit environ un cinquième du total de l’industrie – par rapport à 74 milliards de dollars il y a dix ans. Les investisseurs continuent de chercher à surperformer les indices traditionnels (pondérés en capitalisation boursière). Il apparait donc judicieux de tenir compte de ces facteurs. Mais le défi consiste à  les utiliser efficacement.

Le dernier sondage sur l’adoption et l’évaluation du Smart Beta par les institutionnels internationaux réalisée par FTSE Russell indique que 46% des participants utilisent le Smart Beta dans leur allocation. La réduction des risques, l’amélioration des performances et l’amélioration de la diversification restent les principaux objectifs d’utilisation du Smart Beta. La diminution des coûts continue de prendre de l’importance dans les motivations des investisseurs, ce qui démontre que ces stratégies sont de plus en plus utilisées à la place de stratégies actives. Les auteurs de cette recherche voient de fortes perspectives de croissance dans l’utilisation de stratégies  multifactorielles et l’application de considérations ESG au Smart Beta. Les stratégies Smart Beta à facteur unique les plus populaires sont le Low Vol / Low Beta et le Value.

 

Du Smart Beta au Risk Premia …

La recherche académique montre également que l’Alpha délivré par les gérants d’actifs ou les gérants de Hedge Funds, pourrait être divisé en prime de risque et Alpha réel.

L’efficacité des primes de risque alternatives est maintenant largement acceptée, mais cela a entraîné une prolifération de «facteurs» et de produits. Les différents facteurs peuvent être appliqués sur toutes les catégories d’actifs (Actions, obligations, devises et matières premières).

Pour conclure, la première génération de stratégies Smart Beta est devenue un concurrent pour les gérants actifs (Long Only). La deuxième génération sera probablement en concurrence avec des stratégies de rendement absolu ou des Hedge Funds grâce à la capture de Prime de risque. Dans cet univers, vous pouvez trouver une large gamme de produits ou de stratégies. La dispersion des performances est également importante. Outre les stratégies de performance absolue, la compréhension et la sélection des primes de risque seront un élément clé afin de générer des rendements positifs à long terme.

 

TC Stratégie Financière / Thierry Crovetto et Pierre-Yves Dittlot.

www.tcsf.mccontact@tcsf.mc

TC Stratégie Financière SAM est une société de gestion d’actifs basée à Monaco. En tant qu’entreprise étroitement liée au monde académique, notre approche se concentre sur la recherche qui mène à la fois à des conseils en matière d’allocation d’actifs et à des modèles quantitatifs plus complexes. Des mandats de conseil aux «produits d’investissement en marques blanches», nous cherchons à maximiser les performances des placements tout en minimisant les risques de perte en capital.

Recent Posts