Comment l’impact investing répond aux attentes des HNWI et des family offices

impact investing FRLa philanthropie est loin d’être un intérêt nouveau pour les HNW et les family offices. Un grand nombre d’entre eux sont depuis longtemps impliqués dans des activités humanitaires, le sponsoring, le mécénat ou encore le don à des associations. Cependant, nous constatons aujourd’hui que la philanthropie est bien plus que des donations ponctuelles à des oeuvres de charité mais s’inscrivent véritablement dans une stratégie financière.

Les HNWI et family offices intègrent de manière croissante et quasi systématique la philanthropie dans les échanges avec leurs conseillers financiers. Si la génération des Baby Boomers s’intéressait déjà à cette thématique, la génération X et encore davantage la Génération Y – ou Millenials – sont en recherche d’innovation et de nouveaux outils et stratégies pour faire converger performance financière avec leurs valeurs :

L’impact investing, une nouvelle approche de l’investissement

Les investissements financiers et la philanthropie semblent poursuivre des objectifs divergents, Le premier sert à développer le patrimoine financier quand l’autre finance des actions pour aider et assister des personnes nécessiteuses. Pourtant, cette apparente incompatibilité est résolue par ce que l’on nomme aujourd’hui l’impact investing ou investissement d’impact.

L’investissement d’impact consiste à investir dans des sociétés, des organisations et des fonds avec l’ambition de générer des retours environnementaux, sociaux et financiers positifs. La performance sociale est recherchée autant que la performance financière (et vice versa). Les familles souhaitant donner du sens à leur investissement incorpore l’impact investing dans leur stratégie d’investissement. Ainsi, le développement, la protection et la pérennité du patrimoine se fait en accord avec les valeurs que portent la famille. Les family offices sont actuellement précurseurs dans l’investissement d’impact. En 2014, le World Economic Forum a mené une étude sur l’impact investing et les family offices, montrant que cette population “sensibilisées” est moteur du changement qui va progressivement s’étendre à d’autres populations de HNWI.

Cependant, certains freins à l’impact investing existent. Le manque de clarté sur la classe d’actifs retient notamment certaines familles préférant alors des stratégies plus traditionnelles.

L’investissement d’impact : le challenge de la Génération Y

Le développement de l’impact investing semble particulièrement dépendre des nouvelles générations de HNWI (18-34 ans).

demand for socially responsible investment

Ils recherchent tout autant la performance financière que les retombées sociale. Cette population souhaite plus que leurs parents jouer un rôle dans l’amélioration de la société en devenant un acteur financier du progrès. Une étude commanditée par Bank of the West montre que les enfants du millénaire prennent leurs décisions d’investissement au regard de leur système de valeurs environnementales, sociales et politiques. Se cache derrière cela une quête de sens et le désir de se sentir investis, utiles et partie prenante d’une réussite au delà de la performance financière uniquement. Ainsi, cette étude rapporte que près de 80% des répondants – les HNWMI (High Net Worth Millenial Individuals) pratiquent l’impact investing avec pour principaux centres d’intérêt l’énergie, l’agriculture et l’environnement.

“La génération Y ayant atteint ses années d’activité et de dépenses maximales, son impact sur la philanthropie est gigantesque. Son approche et ses perspectives sont en grande partie influencées par son entrée dans l’âge adulte en plein période d’innovation technologique, de mondialisation et de perturbation économique.”

– Julie Shafer, Head of Strategic Philanthropy & Purpose Investing, Bank of the West

On estime qu’environ 60 milliards de dollars ont été affectés à de l’impact investing en 2015 selon le Global Impact Investing Network. Si ce volume semble dérisoire au regard du montant des actifs mondiaux investis, JP Morgan estime que l’impact investing atteindra mille milliards de dollars des actifs sous mandat à l’horizon 2020. A plus long termes, une des prochaines étapes de l’impact investing sera le transfert de patrimoine entre parents et enfants (dans les 20 à 30 années). Les prévisions estiment qu’entre 30 et 59 billiards de dollars (30 000 à 59 000 milliards de dollars) seront ainsi entre les mains de l’actuelle génération Y. Une tendance qui intéressent de nombreux family offices et gérants indépendants.

Les gérants comme conseillers

Il semble que les millenials n’attendent pas de directives en matière de philanthropie de la part de leur conseiller financier. Confiants dans leur choix et leurs valeurs, ils souhaitent avant tout être accompagnés dans la recherche de projet à financer et d’une stratégie d’investissement en, adéquation avec leurs attentes. A forte raison, gérants et conseillers financiers tentent – ou doivent tenter – de comprendre  les attentes, les habitudes et les désirs d’investissement de cette génération.

Loin d’être naïfs ou utopistes, les millenials sont de manière générale beaucoup plus connectés et donc informés que les générations précédentes. Cela représente aujourd’hui l’un des principaux bouleversements dans le secteur des services financiers. Savoir rapidement répondre aux attentes d’investissement à impacts positifs et apporter des indicateurs de performances financières mais également relatifs à l’impact social et environnemental de la stratégie retenue font partie intégrante des challenges de l’industrie de la gestion de fortune.

Recent Posts